Environnement et paysage

Protéger le climat, c’est protéger la biodiversité

L’approvisionnement en énergies renouvelables est l’un des fondements essentiels de la protection du climat – qui constitue à son tour la base de la préservation des ressources naturelles et donc de la biodiversité. C’est pourquoi il faut procéder à une pesée des différents intérêts de protection et d’utilisation d’un point de vue global. En outre, l'aménagement du territoire doit créer les bases pour que les infrastructures énergétiques nécessaires puissent être autorisées à l'intérieur et à l'extérieur des zones à bâtir.

Pour mettre en œuvre la stratégie énergétique et climatique de la Suisse, les énergies fossiles sont progressivement remplacées par du courant renouvelable. Pour cela, la production d’électricité indigène issue d’énergies renouvelables doit être développée rapidement et de manière conséquente. Pourtant, même un approvisionnement énergétique au moyen d’énergies renouvelables n’est pas possible sans atteintes à l’environnement et au paysage. En effet, des installations de production, des dispositifs de stockage et l’infrastructure requise pour les raccorder, ainsi que les sites appropriés sont nécessaires. Il n’est pas possible de choisir ces derniers librement: ils dépendent de l’offre locale en énergie (cours des rivières, conditions de vent, production de biomasse, rayonnement solaire, etc.).

Pesée des intérêts dans l’intérêt général de la société

Le besoin en surfaces de l’infrastructure énergétique va ainsi augmenter – de même que les tensions entre intérêts de protection et d’utilisation. Il est essentiel de désamorcer ces conflits afin de ne pas compliquer, voire rendre impossible, la transformation de l’approvisionnement énergétique. Il faut donc une pesée globale des intérêts au niveau politique, du point de vue de l’ensemble de la société, qui tienne compte du fait que: énergies renouvelables = protection du climat = protection de la biodiversité.

«Énergies renouvelables = protection du climat = protection de la biodiversité»

Créer les bases dans l’aménagement du territoire

Les constructions et installations nécessaires à la mise en œuvre de la stratégie énergétique et climatique, ainsi qu’à un approvisionnement énergétique sûr, doivent pouvoir être réalisés à l'intérieur comme à l'extérieur des zones à bâtir. Cependant, nombre de ces infrastructures sont actuellement en conflit avec les principes de l'aménagement du territoire. Les bases nécessaires doivent donc être créées dans le droit de l'aménagement du territoire: les différents intérêts d'utilisation dans les parties constructibles et non constructibles du territoire doivent être coordonnés à un stade précoce. En outre, il convient de garantir que les installations puissent faire l’objet d’une autorisation et donc d'améliorer la sécurité juridique et de planification.

Les conflits d’objectifs avec la protection de la nature et du patrimoine, ainsi qu’avec les principes en matière d’aménagement du territoire, doivent être résolus de toute urgence, de façon à permettre la mise en œuvre de la stratégie énergétique et climatique ainsi qu’un approvisionnement en énergie sûr. Les initiatives biodiversité et paysage accentueraient les conflits d’objectifs et il convient donc de les rejeter (cf. positions de l’AES au sujet de l’Initiative biodiversité/Révision LPN et Initiative paysage/Révision LAT).

Approvisionnement en énergie et protection de la nature vont de pair

Le changement climatique représente l’une des plus grandes menaces pour la biodiversité. C’est pourquoi la protection du climat est l’une des principales conditions à la préservation des ressources naturelles et de la biodiversité. À travers la mise à disposition de grandes quantités d’énergies renouvelables telles que l’hydraulique, l’éolien et le solaire, le secteur de l’électricité contribue fortement à la protection du climat et, ainsi, également à la préservation de la biodiversité.

Le développement des énergies renouvelables n’est pas possible sans des atteintes à la nature et au paysage. Trouver le juste milieu entre protection et utilisation des ressources naturelles, c’est possible, comme l’attestent de nombreux exemples. Dans de nombreux cas, c’est précisément l’utilisation à des fins énergétiques qui a incité à protéger un site offrant une plus-value écologique. Mais les solutions pragmatiques et l’esprit de compromis ne sont pas la norme. L’AES présente différents exemples, positifs comme moins positifs.

Comment protection et utilisation peuvent aller de pair (ou pas)

L’hydraulique est multifonctionnelle

Les centrales hydrauliques apportent une valeur ajoutée non seulement pour la production d’énergie, mais également dans d’autres domaines. Citons notamment l’entretien et la maintenance de zones écologiques précieuses ou d’utilisations touristiques, ou encore l’approvisionnement en eau, de même que la protection contre les crues et contre les laves torrentielles. Ces deux derniers domaines peuvent se révéler d’importance existentielle, précisément dans le contexte du changement climatique.

Informations complémentaires